Ancien forum de l'association
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Carnet de voyage 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Carnet de voyage 1   2008-08-19, 15:59

Tokyo le 16 Août 2OO8, plus grande ville du monde.
Heure local 20h35, heure de Paris 13h35, température extérieure 34 degrés, temps orageux.
Me voilà pour ma première soirée dans ma chambre et comme je me le suis promis je commence à rédiger mes notes de voyage, elles me serviront à envoyer des nouvelles précises à tout le monde, mais également à constituer un ensemble de traces disponibles à la relecture pour mon retour.
Début de l’histoire :
Le vol s’est passé sans encombre durant les 12h. Par chance, Jalia (ma collègue), les enfants et moi-même nous avons été surclassés en classe affaire. Champagne, foie gras, siège qui s’allongent, grand choix de films etc. Première fois de ma vie que je voyage dans cette catégorie de places, à refaire… très agréable…
Nous n’avons pas dormi et ce pendant toute la durée du vol qui s’est situé pour l’heure française entre midi et minuit. Le problème étant qu’une fois arrivés à Tokyo, pour nous le jour venait à peine de se lever (il était ici sept heure du matin). Nous avions donc une journée entière à assurer avant de pouvoir enfin dormir la nuit tombée. Autant dire une absence de sommeil de près de 24h à gérer. Ce sera d’ailleurs le seul point désagréable de cette journée très forte.
L’avion amorce sa descente vers Tokyo Narita, il se penche légèrement et on aperçoit la baie de Tokyo par le hublot. Un peu plus loin un mont très haut pointe derrière les quelques nuages… ne serait-ce pas le Fujiyama ? Je n’ai pas eu ma réponse, mais j’en suis presque sure.
La première chose qui frappe lorsqu’on pénètre pour la première fois dans l’aéroport c’est la propreté et la gentillesse des gens. Et puis bien sur, la chaleur… il est à peine sept heures du matin et déjà la température nous étouffe, il fait facilement 35 degrés bien lourds… Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu si chaud !
Une fois sorti de l’aéroport avec notre famille recomposée de « patrons et employées » nous montons dans une énorme Toyota à l’allure de fusée et nous prenons la route vers le centre de Tokyo. J’ai été un peu étonnée de voir à quel point la nature est préservée dans la banlieue de la mégalopole, la végétation est luxuriante et entoure de vaste complexes hôteliers, des maisons traditionnelles un peu perdues au milieu de tout ça pointent le bout de leur nez. Nous avons fait une petite halte pour faire de l’essence, le service est complètement dingue ! Un homme nous a fait plein de courbettes, puis il a fait le plein pendant qu’un autre nettoyait la voiture et à notre départ ils nous ont salués à nouveau avec beaucoup d’égards.
La route s’est poursuivie jusque dans la ville même de Tokyo. Et là… que dire ? Ce qu’on en voit à la télévision ou sur des photographies est bien éloigné de la réalité. L’abord de la ville est complètement fou, des échangeurs autoroutiers se croisent parfois par cinq dans un enchevêtrement de ponts immensément hauts et interminables, la baie couleur marine est surplombée d’immeubles dépassant tous les soixante étages prenant formes et couleurs variées, tout le monde roule à gauche dans un semblant d’ordre presque déconcertant, pas d’embouteillage à huit heure du matin ! Plus nous avançons vers notre quartier « Roppongi » plus les tours se font gigantesques, majestueuses, presque irréelles. Je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi moderne, d’aussi grand, d’aussi citadin, qui sache rester si propre, si ordonné, si classe. J’ai parfois eu l’impression de me retrouver au milieu d’un immense jeu de rôle, comme si j’avais atterrie au milieu de Cyberpunk 2034 dans la partie la plus haute et la plus fortunée de la ville ! Sans compter que les autoroutes passent littéralement autour des immeubles empruntant des ponts autour de ceux ci, donnant à l’ensemble un style complètement absurde de créativité. C’est juste beau, que voulez vous que je vous dise ! Je ne croyais pas dire ça un jour d’immeubles de soixante dix ou quatre vingt étages, mais là… je vous assure c’est grandiose !
Une fois que nous sommes descendu de notre pont autoroutier pour nous retrouver au niveau du sol (bizarre oui, mais tellement bien pensé) nous avons commencé à rouler au milieu des rues du quartier de « Roppongi » puis du plus petit bloc appelé « Moto-Azabu ». Nous sommes donc passés à côté de la fameuse Tokyo Tower, qu’on voit si souvent dans nos mangas préférés ! Nous sommes également passés à côté du temple Zojoji perdu au milieu de tout cet enfer urbain ! Nous n’avons pas eu le temps de visiter.
Pendant ce lapse de temps et jusqu’au moment ou la voiture s’est arrêtée dans une ruelle à l’air de village traditionnel au pied de tours absolument démesurées (bizarre mais splendide contraste surtout si on lève les yeux), j’ai eu un mal de chien à retenir mes larmes. Ce n’était pas de la tristesse ou de la nostalgie, c’était juste le choc ! Et le bonheur aussi d’avoir enfin cela sous mes yeux, moi qui voulait le découvrir depuis si longtemps. C’est au-delà de mes espérances, cette partie de la ville est magnifique et il me tarde de découvrir le reste.
Ensuite est venu pour nous le moment de découvrir notre nouveau chez nous… La voiture s’est bien garée dans une ruelle qui avait des lampions rouges sur les fils électriques, une porte automatique de garage s’est ouverte devant nous. L’immeuble de l’extérieur ressemble à moitié à une maison traditionnelle et à un ensemble de verre translucide et de carrelage blanc. Le mélange est encore une fois juste parfait et « so futuriste ». La descente vers le parking sous terrain est très raide, et à notre grande surprise il y a un système électronique qui fait tourner la voiture pour vous, comme ça pas de manœuvre ! Non mais là j’ai vraiment cru que je devenais dingo ! Mais non c’est vrai. Puis direction l’ascenseur avec tous les bagages, les troisième et quatrième étages sont à nous et l’élévateur nous y dépose directement du parking… C’est pas la classe ça ?
Les portes de l’ascenseur s’ouvrent sur une entrée en verre donnant sur un cerisier immense de l’autre côté de la rue. J’ai failli m’évanouir à ce moment là ! Le reste n’est qu’espace et luxe, murs blancs immaculés, deux étages, quatre salle de bain, une cuisine immense, des terrasses… Bref, il faut le voir pour y croire. Les vues qu’offrent les terrasses offrent un compromis intéressant entre les tours et les jardins plus traditionnels du quartier bas. Je commence à me rendre compte que c’est une ville à plusieurs niveaux ! Ca me rappel quelques lectures encore…
Me voilà ensuite dans ma chambre, à peu près 12m² salle de bain privative à la japonaise (en plastique beige, minuscule mais très clean), un lit d’une personne confortable, un bureau, un meuble de rangement genre mini commode, un fauteuil année 30 blanc cassé avec un gros coussin couleur taupe. Mes murs sont blancs, mes rideaux pastels entre le vert anis et le blanc cassé. Les portes sont peintes couleur taupe également et un joli parquet clair recouvre le sol. C’est sobre, classe, propre, facilement personnalisable. Je suis conquise. Puis vient le moment où je tire les rideaux pour voir dehors ! La petite fenêtre donne sur un jardinet japonais minuscule qui entoure le toit de l’immeuble, et la porte fenêtre révèle un grand balcon privatif ayant pour vue : un jardin de cerisiers très étroit et bien agencé, et la « Roppongi Tower »! C’est quasiment la plus haute et la plus neuve du quartier et je la vois de ma chambre ou en fumant sur ma terrasse. Que de bonheur…
Pour la suite de la journée, nous avons déjeuné rapidement, puis nous avons filé à IKEA (euh… ouais…) pour acheter une lampe, quelques affaires de confort, et surtout se tenir éveillé pour tenter de récupérer un rythme normal.
La nuit tombe vers 18h, à notre retour nous avons donc eu la vue sur la ville de nuit… Cela se passe de commentaires je pense ! C’est encore plus magique que la journée… A notre retour nous avons diné légèrement, je suis allé un instant sur ma terrasse profiter de la chaleur torride et de la vue imprenable.
Puis je vous ai écris ces quelques lignes, et je vais maintenant dormir pour me défaire de ce satané décalage horaire.
Revenir en haut Aller en bas
wanko-kun
Divin


Nombre de messages : 2979
Age : 32
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: Carnet de voyage 1   2008-08-19, 21:21

Hey Hey!

Merci de ce premier carnet de voyage, que j'avais déjà pu lire, mais qui fait plaisir de toute façon Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zora-sama
Esclave de haut rang


Nombre de messages : 1138
Age : 24
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Carnet de voyage 1   2008-08-26, 15:40

raaah ça a l'air trop classe

_________________
Président de Nogent Wa-Wutsu et esclave/disciple de Rui-chan. Morfale invétéré et "chibi-master" auto-proclamé. Membre du clan des suffixes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zora-sama.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carnet de voyage 1   Aujourd'hui à 12:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Carnet de voyage 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Théâtre : Carnet de Voyage - Création Romane - 2011
» [BD/manga] Japan Ai - carnet de voyage
» Louloute - Mai 2010 - Carnet de Voyage sur la Thaïlande
» Carnet de voyage à Séville
» Mini " Carnet de Voyage "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum d'archives WF :: Divers :: Carnet de Voyage-
Sauter vers: